Marie Derotus
Diététicienne-Nutritionniste - Naturopathe et Réflexologue plantaire

Traitement des pathologies alimentaires par la diététique thérapeutique

 

Vous souffrez  d'une pathologie ou prenez un traitement qui nécessite un régime alimentaire particulier, dans ce cas l’alimentation fait partie intégrante des soins qui contribuent à votre bien-être physique et moral.

Je mets à votre service l'ensemble de mes compétences en nutrition et vous propose une prise en charge nutritionnelle spécifique pour vous aider à mieux gérer votre maladie au quotidien, préserver votre santé et prévenir les complications à terme.

 

Je vous accompagne au quotidien dans toutes vos démarches liées à diverses pathologies telles que :

 

Le diabète 

Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Cela se traduit par un taux de glucose dans le sang (encore appelé glycémie) élevé : on parle d’hyperglycémie.

Les aliments sont composés de lipides (graisses), protéines (protéines animales ou végétales) et glucides (sucres, féculents). Ce sont eux qui fournissent l’essentiel de l’énergie dont a besoin le corps pour fonctionner, passent dans l’intestin, puis rejoignent la circulation sanguine.


Quand on mange, le taux de sucre dans le sang augmente, les glucides sont alors transformés essentiellement en glucose. Le pancréas détecte l’augmentation de la glycémie. Les cellules bêta du pancréas, regroupées en amas appelés îlots de Langerhans, sécrètent de l’insuline. L'insuline fonctionne comme une clé, elle permet au glucose de pénétrer dans les cellules de l’organisme : dans les muscles, dans les tissus adipeux et dans le foie où il va pouvoir être transformé et stocké. Le glucose diminue alors dans le sang.

Une autre hormone, le glucagon, permet de libérer le glucose stocké dans le foie, en dehors des repas,  lors d’une baisse énergétique ou d’une baisse de glycémie,
C’est l’équilibre de ces hormones qui permet de maintenir la glycémie stable dans le corps. En cas de diabète, ce système de régulation ne fonctionne pas.

On distingue principalement deux types de diabète : le diabète de type 1 qui touche environ 6 % des diabétiques et le diabète de type 2 qui en touche 92 %.

Les deux principaux types de diabète sont des maladies différentes mais caractérisées par un excès de sucre dans le sang et doivent être prises au sérieux et traitées efficacement. 
 
Malgré la recherche médicale qui avance tous les jours, le diabète reste une maladie qui se soigne très bien mais qui ne se guérit pas. Il faut donc, toute sa vie, se surveiller, garder de bonnes habitudes alimentaires, pratiquer une activité physique et prendre régulièrement son traitement. 

 

L'alimentation et le diabète

Le régime alimentaire pour les personnes diabétiques consiste en un régime équilibré dépourvu de sucre rapide. Il doit bien sûr être adapté en fonction du type de diabète, du traitement mis en place et des habitudes de vie. Avec une alimentation équilibrée, il faut essayer de réguler le taux de sucre dans le sang. Pour cela, il faut répartir les apports en nutriments et minéraux tout au long de la journée en respectant les prescriptions médicales et le traitement s’il y en a un.

 

Les maladies cardio-vasculaires (cholestérol, arthrose, hypertension...)

Le régime alimentaire pour maladies cardiovasculaires vise à contrôler le poids, réguler la glycémie, réduire la pression artérielle et le cholestérol pour éviter les récidives et préserver le coeur. Avoir une alimentation saine peut diminuer les risques de maladies du cœur notamment en aidant à améliorer la consommation de nutriments bénéfiques pour le cœur, à contrôler le poids corporel, à réduire la pression artérielle et à contrôler les taux de glycémie et de cholestérol.

 

La maladie Coeliaque

La maladie coeliaque, est une maladie chronique de l’intestin déclenchée par la consommation de gluten, un mélange de protéines contenues dans certaines céréales (blé, orge, seigle…). La maladie se manifeste principalement par des symptômes digestifs (diarrhée, douleurs, ballonnements…).

Chez les personnes atteintes de la maladie coeliaque, l’ingestion de gluten entraîne une réaction immunitaire anormale dans l’intestin grêle, qui crée une inflammation et endommage la paroi intestinale. Plus précisément, ce sont les villosités intestinales qui sont détruites. Ce sont de petites structures en forme de vague qui constituent les « replis » de l’intestin et qui permettent l’absorption de la majeure partie des nutriments, des vitamines et des minéraux.

Si l’inflammation persiste, l’intestin abîmé devient incapable d’absorber certains nutriments, vitamines et minéraux. Il peut s'ensuivre une malnutrition malgré une alimentation normale.

D’autres symptômes d’intensité variable peuvent se manifester, comme une fatigue, une dépression et des douleurs aux articulations. Avec le temps, des problèmes de santé plus graves peuvent apparaître.

Les personnes atteintes peuvent toutefois retrouver la santé en éliminant le gluten de leur alimentation.

 

Maladie coeliaque et alimentation

Le régime sans gluten assure, dans la majorité des cas, la guérison clinique et la prévention des complications. Son observance, difficile à mettre en œuvre compte tenu des contraintes sociales, nécessite un soutien médical et diététique.

 

L'hypo ou l'hyperthyroïdie

L’alimentation joue un rôle essentiel dans les problèmes de thyroïde. Elle permet de rééquilibrer le fonctionnement de la glande hormonale, en complément d’un traitement médicamenteux.

 

Les Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI)

Les MICI regroupent deux pathologies : la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH).

En France, 300 000 personnes vivent avec ces pathologies, 8000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Dans le monde, on dénombre 10 millions de personnes atteintes de MICI.

Actuellement en France, il y a un pic de diagnostic chez les jeunes entre 15 et 35 ans.

Plusieurs causes sont évoquées sans réelles certitudes à ce jour : la génétique, l’alimentation, l’environnement, le stress, le microbiote…

 

Qu'est-ce-qu'une MICI ?

Les MICI se traduisent par des poussées inflammatoires qui déclenchent des symptômes : douleurs abdominales, des troubles du transit notamment des diarrhées, de la fatigue… Ces poussées sont suivies de périodes de rémission qui peuvent durer plusieurs années si la maladie est bien contrôlée par les traitements.

Dans la maladie de Crohn, les lésions peuvent être situées n’importe où sur l’appareil digestif, c’est dépendant de chaque personne et de l’évolution de la maladie.

En cas de Rectocolite Hémorragique, ces lésions inflammatoires sont localisées au niveau du colon et du rectum.

Les MICI sont des maladies dites « chroniques » car ce sont des maladies dont on ne guéri pas.

 

L'alimentation et les MICI

Il est important de savoir que l’alimentation n’a pas d’impact sur les poussées inflammatoires, ces dernières sont contrôlées par les traitements.

L’alimentation ne peut pas déclencher une poussée inflammatoire.

Les rôles de l’alimentation :Soulager les troubles digestifs,

  • Corriger les carences nutritionnelles,
  • Maintenir un poids santé,
  • Se sentir plus à l’aise et serein face à l’alimentation,
  • Apprendre les techniques culinaires pour améliorer la tolérance digestive de certains aliments,
  • Améliorer le confort et la qualité de vie.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à RESALIB

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.